Pourquoi on ouvre un blog de vélo ?

Yann :

Le VTT a toujours été pour moi une passion. Ma pratique a réellement évolué pendant les deux dernières années où je suis passé d’une pratique proche du cross-country sur un commencal premier pro de 2011, acheté en avril 2011, à une pratique plus engagée avec mon vélo actuel, depuis avril 2012. Maintenant, j’évolue sur des terrains de plus en plus accidentés, je recherche le peu de dénivelé que l’on puisse trouver en région parisienne, et je m’aventure parfois en Bike Park. J’ai pu profiter de l’été pour tester de nombreux chemins des alpes, ainsi que les stations des 2 Alpes, de l’Alpe d’Huez, et de Tignes.

Le vélo n’est pas qu’un sport pour moi, c’est un style de vie. Je possède aussi un vieux vélo de course que j’ai repeint, il me permet d’aller faire mes courses et de temps en temps d’aller à Paris.

Je n’ais jamais vraiment appris à entretenir un vélo ou à en retaper un mais maintenant c’est pour moi quelque chose de normal. Je souhaites partager ce que j’apprends encore tous les jours. Et enfin, j’espère que chaque jour de plus en plus de monde décide de prendre leur vélo pour le plaisir ou pour se déplacer.

Tristan :

Le vélo est d’abord pour moi un lien familial. Petit, c’était les sorties le dimanche en Bretagne, sous la pluie, avec la machine à salir (surnom donné à mon vtt 20′, d’après une pub Decathlon il me semble). Puis, plus grand, on a quitté la maison, sans nos vélos et on s’est mis à d’autres sports, la course à pied essentiellement, jusqu’à courir le marathon en 2012.

Mais Yann s’était remis sérieusement au vélo avec Polytechnique et je l’ai suivi quand j’ai récupéré le Commencal Premier Pro. Depuis, j’essaye de le suivre.

Ma pratique a encore changé depuis mon arrivé à Londres avec le plaisir d’aller en vélo tous les jours au bureau. Mon parcours est vraiment plaisant et pour de multiples raisons, j’aime vraiment ça. Et c’est finalement cela dont j’ai envie de parler sur ce blog.

Yann passe son temps à me donner des conseils donc je me réjouis qu’il communique cette passion sur un blog et que ses conseils puissent servir. Je découvre quant à moi une autre façon de voir le vélo, plus pratique, dans un autre environnement. Je vais donc essayer de faire mon rapport d’étonnement sur la vie de cycliste urbain et sur la culture du vélo à Londres.

Erwan :

Comme pour mes frères, le vélo, c’est une histoire familiale depuis le jour où mon père a enlevé les petites roues de mon vélo sur le bord de La Durance, jusqu’à aujourd’hui avec les balades en famille dans la forêt de Brocéliande, en passant par des randonnées dans les Alpes, les Landes et tous les lieux où nous avons pu aller tous ensemble.

Ma pratique est liée à la reprise du sport dans le contexte de premiers postes après mes études. Fini la possibilité de faire tous les sports possibles et inimaginables à l’université, il m’a fallu reprendre un sport que j’aime et qui ne nécessite pas obligatoirement de s’inscrire en club, de trouver du monde pour en faire. J’ai donc repris naturellement le vélo d’abord à Vannes puis à Rennes où je suis installé actuellement. Loin d’un excellent VTT comme peuvent avoir mes frères, je me suis contenté d’un VTT qui me suivrai pour des balades néanmoins tout terrain, mais également sur bike-park ou avec un peu de descente. Mais pour lors ce VTT a été l’objet de péripéties qui vous seront contées prochainement et il me faut alors réfléchir à un nouveau !

De mon côté, je vous parlerais donc de vélo dans Rennes et ses alentours, mais également du vélo et de sa prise en compte tout autour de la planète, particulièrement en lien avec des sujets environnementaux, thème qui me tient à cœur et qui est aussi celui de ma formation et de mon travail !