Critical mass : pourquoi je pense aujourd’hui que c’est nécessaire

En arrivant à Londres, j’ai très rapidement entendu parler du Critical Mass. Le Critical Mass est ici un rassemblement de cyclistes une fois par mois. Le point de rendez-vous est toujours le même et on roule ensuite en convoi à travers Londres.

La police n’est pas prévenue, n’est pas impliquée, mais les cyclistes ferment eux-mêmes les rues pour être sûr que le convoi avance en toute sécurité.

N’est-ce donner raison aux automobilistes quand ils disent que les cyclistes ne respectent rien ?

Je dois avouer que j’ai d’abord été dubitatif. Je suis convaincu qu’il faut chercher le consensus avec l’ensemble des usagers de la route et organiser un événement « sauvage » ne me semblait pas la meilleure solution. J’ai bien changé d’avis.

Il y a maintenant deux mois, j’ai déménagé de l’Est de Londres à l’Ouest. Mon trajet du matin, autrefois de 30 minutes au milieu de parc, de petites rues et le long d’un canal est devenu 45 min au milieu d’un trafic important. Il y a très peu de vélo, les automobilistes ne font absolument pas attention, sans doute pressés d’arriver au bureau / déposer les enfants à l’école.

Aujourd’hui, j’ai donc peur tous les matins et les soirs de me faire écraser lors d’une seconde d’inattention. Je me fais bloquer par des voitures, klaxonner si je ne colle pas au trottoir (coller au trottoir est dangereux pour un vélo !).

Le cycliste, un usager de la route comme les autres

Trop d’automobilistes ont l’impression que les cyclistes sont tolérés sur la route mais n’ont rien à y faire, qu’on peut donc leur couper le chemin, les ignorer, etc… sans problème, ils n’ont rien à faire là.

Je suis donc aujourd’hui convaincu qu’une manifestation mensuelle est nécessaire, qu’on doit montrer aux automobilistes qu’on existe, quitte à les embêter pour une soirée.

En roulant en vélo en ville, les automobilistes, les chauffeurs de camion mettent en danger notre vie. Le vélo n’est pas dangereux tout seul. Lancer 1,5 tonnes à 50km/h n’est pas anodin et les cyclistes sont en droit d’exiger que toute personne choisissant de le faire, le fasse avec maîtrise.

Bien sûr, certains cyclistes ne respectent pas le code de la route, se mettent en danger, mettent les piétons en danger. Mais si une voiture heurte un cycliste en ville, nous savons tous ce qu’est le résultat. Le conducteur de la voiture amène sa voiture au garage, le cycliste va à l’hôpital. Ça relativise beaucoup le débat.

Aujourd’hui, je connais le problème suivant 3 à 4 fois par semaines : un conducteur n’utilise pas ses rétro-viseurs, ne tourne pas la tête et se décale sans prévenir (ou enclenche les clignotants après avoir commencé à tourner, très utile), je pile sur les freins, touche parfois parfois la portière et tremble un peu traumatisé l’heure qui suit.

Je me suis récemment engueulé avec un conducteur qui regardait son téléphone posé entre ses jambes en conduisant. Sa fenêtre étant ouverte, je lui dis de choisir, taper ses mails ou regarder la route. Il me répond « regarde la route toi, pas les autres », sans comprendre que si justement, je ne regardais pas dans les miroirs, par les fenêtres ce que font les conducteurs, je serais incapable de prédire leurs prochains mouvements. Dans son cas, je comprenais pourquoi sa vitesse était irrégulière et pourquoi il ne roulait pas totalement droit.

Aujourd’hui, je suis donc un cycliste très énervé. Je ne pense pas que j’arrêterais de faire du vélo ici ou ailleurs car j’ai peur du danger mais je suis réellement motivé par militer très fortement pour que la ville soit plus accueillante aux moyens de transports non-polluants.

Les villes ont été détruites par les grandes routes, certaines banlieues , villages de province ne sont que des aires d’autoroute. Il n’est pas question que je participe à cela.

Les revendications du critical call ?

Je lisais sur Twitter que certains ne comprenaient pas les revendications du Critical Mass, j’espère qu’ils tomberont ici et comprendront de quoi il est question.

Le Critical Mass déclenche beaucoup de réactions d’amusements devant un tel convoi de cyclistes. Pour les cyclistes, c’est un réel plaisir d’être dans les mêmes rues stressantes de Londres mais au calme, autorisé à être lents.

Il provoque aussi des réactions violentes d’autres usagers de la route, refusant d’être bloqué sur la route. Le Critical Mass, aussi nombreux qu’on soit, n’est qu’un convoi de 5 min. Rien d’incroyable pour un embouteillage d’une grande ville et certainement pas une raison pour essayer de se battre ou essayer de forcer le passage en poussant les cyclistes avec sa voiture.

Voilà une vidéo tournée par Yann pendant ce Critical Mass.

Critical Mass London September 2013 from Yann NICOLAS on Vimeo.

  • Benjamin Arnoux

    Hello,
    Merci pour l’article, très intéressant, mais un peu effrayant. Je vais emménager à partir de noël à londres, avec mes vélos (et ma femme accessoirement :-)), et comme à Paris je suis 100% vélib (pas d’abonnement métro), je compte faire la même chose à Londres. J’espère que la fréquence de tes soucis avec des conducteurs (3/4 fois par semaine) est exagérée, sinon je vais être bien déçu. En 5 ans de vélib à paris, j’ai touché une fois une bagnole (le poids et du coup la vitesse du vélo jouent surement là-dedans).
    Par ma petite expérience de l’angleterre (paris-bognor regis à velo), il y a encore plus de travail en Angleterre qu’en France pour éveiller les consciences, et le critical mass semble un bon moyen pour faire entendre les cyclistes. Ne reste plus qu’aux politiques d’écouter …

    • http://tristannicolas.com Tristan

      Bonjour Benjamin,

      Le 3/4 fois par semaine n’est pas exagérée mais depuis que je suis rentré à Paris depuis deux semaines, je connais à peu près la même chose. Je dois donc en être un peu la cause : je vais très vite et je roule vraiment beaucoup (près de 3h par jour, tous les jours actuellement) et je dois avouer me faufiler partout entre les voitures.

      Après, je n’aurais pas d’avis global sur France / Angleterre tant les réalités sont déjà très différentes en fonction des quartiers de Londres (tu seras tranquille pour faire du vélo dans l’Est, l’Ouest est moins accueillant).

      Je te souhaite en tout cas beaucoup de bonheur à vélo à Londres, et tu en auras :)

      ++

  • Pingback: Vélorution à Rennes le 01/02/2014 | Le blog du pignon()