Test de lampes sans batterie : les Reelight SL 100

Nous sommes en plein hiver et si comme nous, vous utilisez votre vélo pour aller et revenir du travail / de l’école, vous devez vous retrouver à beaucoup rouler de nuit.

C’est un problème dont nous avions parlé ici et nous vous recommandions alors les Lezyne pour leur puissance, la facilité de les recharger en USB et leur attache à la fois puissante et permettant de les retirer rapidement quand on laisse son vélo dans la rue.

Une lampe pour le cycliste de tous les jours

Le seul problème : il faut y penser. Il faut penser à les installer quand il fait nuit, penser à les recharger de temps en temps et penser à les enlever quand on laisse son vélo dans la rue. Ceci est possible si vous êtes un cycliste précautionneux qui prend le vélo très au sérieux. C’est beaucoup de choses auxquels penser si vous voulez juste un mode de transport facile et minimaliste.

Nous avons eu la chance de recevoir il y a quelques semaines les Reelight SL 100 dont la promesse est qu’une fois installées, on ait plus jamais y penser.

Les lampes s’installent sur l’axe des roues, on place un aimant sur un rayon et à chaque passage de l’aimant à côté de la lampe, elle clignote : en rouge à l’arrière, en blanc à l’avant.

Les Reelight SL 100, des lampes magiques :

L’installation :

L’installation est censée être facile. Il suffit d’enlever les boulons des axes de roues, d’y glisser les lampes et de revisser, comme montrer sur cette vidéo.

Malheureusement, il était impossible de l’installer sur mon vélo. J’ai une roue à batons à l’avant (pas de rayons où attacher l’aimant) et des rayons plats à l’arrière, incompatible également avec l’attache de l’aimant.

J’ai donc voulu l’installer sur le vélo de mon ami, un fixie également avec des roues à rayons classiques.

Nous avons quelques soucis sur la roue arrière. En effet, sur le single speed, sur lequel nous avons voulu tester, il y a un tendeur de chaine à l’arrière qui nous a empêcher de l’installer sur la roue arrière.

Nous avons donc installé les deux lampes sur la roue avant.

Est-ce que cela marche ?

Oui !

Il y a quelque chose de magique à voir une lampe clignoter sans qu’elle ait de batterie.

L’attache arrière n’est pas conçue pour la roue avant donc l’aimant est un peu loin de la lampe et la lumière n’est pas très importante comme on peut le voir sur cette vidéo :

Test dans la rue

Les lampes ont été installé sur le vélo de mon amie. J’ai toujours peur qu’elle oublie de prendre ses lampes (cela lui arrive comme d’oublier son casque) et je suis maintenant rassuré de voir les lampes fonctionner en permanence.

La voici sur son vélo :

Comme on peut le voir sur la vidéo, la lampe n’est pas très puissante mais elle semble suffisante pour la ville.

Notre avis :

Si vous êtes un cycliste qui prenez votre vélo souvent, en ville et qui ne cherchez pas des lampes puissantes mais des lampes pour être vus, je vous les conseille absolument.

Après un mois d’utilisation, elles ont donné entière satisfaction. Elles sont difficiles à voler, on n’a pas y penser, elles ne se déchargent jamais. Ce sont les lampes indispensables à la ville.

Si vous êtes à la campagne ou dans un lieu sans éclairage publique, vous aurez toutefois besoin d’un éclairage supplémentaire pour voir la route. Dans ce cas-là, vous pouvez vous reporter à notre précédent article.

Les reelight peuvent être trouvé chez LeCyclo.com à 32,95€. Merci beaucoup à la boutique LeCyclo.com de nous avoir permis de réaliser ce test.