Vélo vert festival 2013, du mauvais temps mais de belles montures.

Du 31 mai au 2 juin s’est déroulé le Vélo Vert Festival à Villard de Lans, j’y suis allé pour aller gouté les terres humides du Vercors.

Visuel_VeloVertFestivalAVillardDeLans2013

N’ayant pu trouver de moyen de transport pour aller à ViIllard de Lans, j’ai transformé ce week-end en une véritable aventure. Je suis donc parti de Meylan samedi matin à 8h, et c’est après 3h13 de montée que j’ai enfin atteint le village de Villard de Lans pour récupérer ma plaque et mon passe pour les remontées. Malheureusement, la météo n’aidant pas l’accès au télécabine était impossible à cause du manque de visibilité. J’ai donc fait quelques essais et suis redescendu sur Meylan par la descente de Saint-Nizier (un vrai régal et ce malgré l’humidité). Dimanche fut à peu près pareil, si ce n’est la montée et descente par Sassenage, et le fonctionnement du télécabine.

Il ne faut pas pour autant dénigré l’organisation qui a bien réagi et a mis en place un petit groupe encadré de moniteurs (MCF) qui connaissaient bien la station pour permettre à ceux qui le souhaitaient de faire quelques descente depuis le haut du télécabine.

Les belles montures.

On dit souvent qu’on ne désire pas ce que l’on ne connait pas, et c’est plutôt vrai alors comment revenir à mon Canyon Nerve AM de 2012 après avoir essayé celui-ci (il y a de meilleures photos sur le site de Canyon) :

961824_10151622010409266_384587252_n   Ce week-end j’ai donc essayé un premier Canyon Strive (j’étais conquis), puis un Ibis Mojo HD, et enfin ce Strive Race. ibis-mojo-hd-160-frame

Ces vélos sont si bien par rapport au mien que j’en viens à ne pas savoir comment les décrire. Le Mojo était très léger, et aussi très maniable (bien que j’ai essayé un model de taille L), la tige de selle télescopique KS, n’est pas si ridicule par rapport à une reverb (même si les reverbs montées sur les Strive sont géniales, la reverb étant la référence en terme de tige de selle télescopique). Enfin tout comme sur le Race le niveau de confort et de précision des fourche Fox avec revêtement Kashima fait à mon avis une belle différence.

Venons en directement au Strive Race, équipé avec le groupe XX1 (le fameux groupe de chez SRAM en 1×11 qui permet de libérer le poste de commande et avec un changement de vitesse vraiment fluide). Ce vélo est une bète (dans le bon sens), je me suis laissé prendre au jeu et j’ai lâché les freins. Le vélo est très précis, d’une petite impulsion on peut survoler un pierrier (zone technique car très rocailleuse) et replacer la roue où on le souhaite pour continuer comme si de rien n’était. La géométrie du cadre est juste comme il faut pour que, combinée au 160 mm de débattement de la fourche , on ne plante pas dans les virages qui seraient négociés un peu court et on a pas l’impression de conduire un chopper (moto avec la roue avant très déportée) lorsqu’il faut relancer.

Bénie soit l’ignorance

La question qui se pose alors est : Comment peut-on retourner sur son vélo après avoir essayé de tels vélo haut de gamme (J’avais essayé aussi quelques bon vélo de DH à Métabief le week-end du 11-12 mai) ?

Et bien ce n’est pas évident, et je n’ai pas toujours réussi mais je crois que Tristan est heureux que ce soit ainsi. En effet, pendant tout mon lycée, et jusqu’en classe préparatoire (soit jusqu’en 2011) j’avais un Rockrider 5.5, il m’énervait parfois mais pour moi c’était un bon vélo. Puis en 2011 j’ai acheter un Premier pro de chez Commencal, et la je me suis rendu compte de ce qu’était un vélo de cross country, mais la encore ce n’était pas le top du top. Et c’est en novembre 2011 que j’ai vraiment essayé un vélo tout suspendu bien conçu ( Le Fuel Ex 8 de Trek).

fuelex8_black

Je doit avouer qu’après cet expérience, remonté sur mon vélo était presque devenu pénible (il ne faut pas abuser, cela restait un grand plaisir). Mais voilà, la machine était lancée, et c’est en avril 2012 que j’ai craqué pour un Nerve AM de chez Canyon (une fourche de 150 mm, un débattement arrière de 140 mm et du bon équipement). J’ai été ravi par ce vélo et je le suis toujours même si l’usure de la roue arrière n’aidant pas, je n’ai plus beaucoup de rigidité latérale à l’arrière.

Le prochain sera du « custom »

Alors voila, je dévale les pentes avec mon Nerve (j’ai un peu l’impression de faire corps avec lui, je sais exactement comment il réagit et c’est aussi très appréciable sur les parties techniques), mais j’ai envie de changer, prendre quelque chose de plus rigide et peut être aussi de plus solide (je me suis mis à sauter un peu de partout et mon vélo encaisse difficilement).

moi Ma réponse et donc que plus j’essaie de bons vélos, plus j’ai le besoin d’en avoir un. Si l’on veux pouvoir se permettre plus de vitesse, des plus gros gaps etc… il faut un vélo qui suive. Et ce sera l’objet d’un prochain article, mais j’ai le projet de me monter un endurigide pendant l’été (il sera un peu plus adapté à la pratique que j’aurai en Angleterre à partir de septembre, car je pars rejoindre mon frère à Londres).