Test : Cinelli Vigorelli Caleido, Miche Pistard et Mavic Ellipse

Sur un blog de vélo, il est tout naturel que l’on parle des vélos sur lesquels on roule. Je vous avais raconté (en trois épisodes un, deux, trois) mon passage du vélo à roue libre au pignon fixe. À l’époque, j’avais acheté un vélo tout en aluminium de chez Manifest. Ce vélo m’aura permis de goûter aux premières joies du pignon fixe. J’avais ensuite changé ma roue arrière, l’axe de la première ne rentrant pas dans la fourche du nouveau cadre. Puis finalement, j’ai dû changer la roue avant, puis le cadre, etc.. Maintenant que j’ai quasiment tout changé, je fais le bilan.

Mon cadre : Cinelli Vigorelli Caleido

En novembre dernier, j’ai voulu passer une étape et investir dans un cadre de meilleure qualité. J’avais depuis longtemps une admiration pour les cadres de Cinelli. Je suivais la team Cinelli Chrome, les riders de Mash et leurs exploits m’impressionnaient (je suis victime du marketing à vélo). Quand j’étais coursier, les meilleurs roulaient aussi sur des Cinelli. Bref, je voulais un Cinelli.

J’ai donc cassé la tirelire et j’ai acheté un Cinelli Vigorelli. Et j’en suis très heureux.

Souvenir de l’hiver

Une vidéo publiée par @tristannicolas le

Un cadre puissant et confortable

Je crois que je ne m’en rends plus compte mais la première fois que je suis monté sur mon vélo, ce qui m’a marqué, c’est son confort dans les virages. Mon précédent vélo avait une fourche en aluminium et ici, la fourche carbone absorbe les petites vibrations. Je ne m’y connais pas beaucoup mais je pense que le pivot conique de la fourche améliore également la stabilité.

Je n’ai jamais eu autant confiance dans un vélo que dans celui-là. Le cadre réagit parfaitement aux sollicitations, le vélo vire bien, c’est un vrai plaisir. Je ne pensais pas qu’il y aurait une telle différence entre deux cadres.

Les roues, pièces centrales du vélo

Quand je suis passé en fixe, j’avais des roues entrée de gamme sur mon vélo :

– une roule Raleigh à l’avant

– une roue No Logo à l’arrière

Je passais mon temps à essayer de les dévoiler puis à aller dans un atelier de vélo changer les rayons…

J’ai depuis investi dans de nouvelles roues et c’est un très bon choix. A l’arrière, j’ai une Mavic Ellipse et à l’avant, j’alterne entre Miche Pistard et Aerospoke.

Mavic Ellipse

La Mavic Ellipse est une roue de qualité et elle m’impressionne par sa resistance. J’ai acheté cette roue en septembre 2013, elle a donc fait plusieurs milliers de kilomètres avec moi et elle n’a toujours pas de signe de voilage.

Pourtant, je suis lourd (plus de 80 kg), je skidde très fréquemment et il m’arrive de sauter les trottoirs et les petits obstacles.

Toutefois, elle n’est pas sans défaut. J’ai déjà cassé l’axe de la roue une fois et détruit le pas de vis de l’axe une autre fois.

 

J’essaye de maintenir une tension de la chaine donc je serre très fort l’axe de la roue. Ceci a été accéléré par mon ancien cadre où la patte arrière s’était déformé sous la tension, je devais donc serrer de plus en plus pour que cela tienne.

cinelli vigorelli

Aerospoke :

L’Aerospoke m’a été offert à mon anniversaire par mes parents lors que la Raleigh était bien voilée. Les pavés parisiens avaient eu raison de sa fragilité.

L’Aerospoke est solide, il n’y a pas de doute. Elle est aussi très lourde, cela présente des avantages et des inconvénients.

L’avantage est que cela rend le vélo plus stable en cas de virage violent, en donnant plus de poids sur la roue avant. Le vélo a également plus d’inertie une fois lancé.

L’inconvénient est que le vélo est plus lourd. La roue est également très rigide et moins confortable, les rayons d’une roue normale absorbant normalement une partie des chocs.

Miche Pistard :

Cette roue est une merveille. Contrairement à la Mavic Ellipse qui m’impressionne par sa solidité mais qui a eu quelques soucis, celle-là n’a jamais eu le moindre soucis.

Je l’ai acheté d’occasion en septembre 2014 quand j’étais coursier et c’est ma roue avant principale depuis. Aucun problème ! Je recommande cette roue à tous ceux qui souhaitent du solide sans un très gros budget.

Cinelli Vigorell

J’ai acheté cette roue quand j’étais coursier, à la fois pour avoir une roue moins tape-à-l’oeil (peur du vol) et aussi pour avoir un vélo plus léger et confortable.

Les autres pièces :

Les autres pièces sont les mêmes que celles achetés quand je suis passé sur pignon fixe.

J’ai toujours le même le guidon Aero de Profile Design et la même potence Pro PLT. Rien à dire sur ces composants.

Le frein, mâchoire et levier, sont toujours une grande source de satisfaction (étriers Apex de Sram et levier Dirt Harry).

Seule le pédalier BLB et surtout le boitier de pédalier commencent à montrer des faiblesses. Le boitier craque et je sens qu’il ne réagit plus très bien dans les grandes accélérations. Je pense que ce seront les prochaines pièces à changer.

  • http://sammydeveille.com Sammy Deveille

    Tres belle bette – Ca donne envie !
    Tu as monté quoi comme braquets? Je suis tenté de monté mon pignon fixe en ce moment
    J’ai decouvert ces designeurs la recemment, lithuaniens. T’en penses quoi?
    http://www.teliaveli.com/frames/

    • http://tristannicolas.com Tristan

      Hey désolé du retard dans ma réponse, je reviens de vacances complètement déconnecté.

      Je suis en 48-17 la plupart du temps et je descends quand j’en ai besoin (piste, course) jusqu’à 48-15. Après mes jambes ne permettent vraiment plus de pousser sur les pédales. Pour les cadres, ils sont très chouettes mais je ne connaissais pas du tout. Essaye de trouver le plus de review que tu peux sur Internet. Hésite pas à me poster une photo du montage après.