Du single speed au fixie – part 1

Quand j’ai commencé le single speed, on m’a tout de suite demandé quand j’enlèverai mon frein arrière, autrement dit, quand je passerai sur pignon fixe. A l’époque, je me disais « jamais », que je n’étais pas fou et que ce serait bien trop dur pour le quotidien. Il y a maintenant trois semaines, j’ai sauté le pas (le destin m’a forcé la main). Cet article (très long et donc coupé en plusieurs morceaux) raconte ce passage. Voici le début de l’histoire.

Depuis mon arrivée à Londres, le vélo est autant un sport que mon moyen de transport quotidien. Avant d’arriver, je m’étais construit un vélo, un « commuter » que je pourrais utiliser tous les jours (je ne possédais jusqu’à là qu’un vtt).

Je vous avais raconté brièvement (ici) la « fabrication » de ce vélo. A mon arrivée à Londres, il ressemblait à ça.

Mon mode de transport dans Londres !

 

J’ai vite changé le guidon, bien trop large, puis le pédalier et les pédales qui se sont tordus. J’ai ensuite changé le tube de selle car la selle était trop basse et le tube trop court. J’ai également changé la selle, bien trop inconfortable.

Chaque week-end était l’occasion d’un passage dans les magasins de vélo à essayer de trouver les pièces compatibles, changer des petits éléments cassés par-ci, par-là.

Avec la selle à la bonne hauteur, je me suis rendu compte que le vélo était en fait trop grand et que cela provoquait des douleurs dans mes genoux (détail auquel je n’avais pas vraiment fait attention lors de l’achat via Leboncoin)… Je me suis donc mis à la recherche d’un nouveau cadre.

J’ai fait le choix d’un cadre alu, plus léger et plus réactif qu’un cadre acier (je suis plus « vitesse » que « cabriole »). Mon choix s’est arrêté sur le Manifest de Eighthinch.

EighttInch manifest frame

Le cadre est fourni avec la fourche, le roulement de la fourche et le tube de selle, ce qui devait diminuer les coûts.

Le jour où le cadre est arrivé chez moi, comme si mon vieux cadre le savait, une soudure a lâché en pleine rue.

Wouah ! Perfect timing to change the frame !!!

Je n’avais donc plus le choix, il fallait monter le nouveau cadre au plus vite pour pouvoir aller au bureau (sans prendre le métro).

Il me fallait quand même plusieurs nouveaux composants :

– une nouvelle potence (la précédente était avec un plongeur, là, c’était une aheadset classique) : j’ai fait le choix de la potence PLT de pro (dispo chez Probikeshop)

– Après avoir monté la potence, je me suis rendu compte que mon guidon n’était pas assez large… ça tombait bien, je voulais en changer ! J’ai choisi un guidon type « bullhorn », le Aero de Profil Design (dispo sur Alltricks). Ce type de guidon est très court et permet donc de bien passer entre les voitures mais autorise une position plus allongée pour prendre de la vitesse.

– Pour les freins, je voulais installer les freins que j’avais initialement acheté pour le vieux cadre mais qui ne convenait finalement pas, des étriers Apex de Sram (sur Probikeshop). A l’époque, j’ignorais qu’il pouvait y avoir plusieurs longueurs d’étrier…

Là, surpris, l’étrier arrière ne convient pas, la tige n’est pas assez longue (le trou n’est pas conçu pour laisser passer l’écrou). C’est à ce moment-là que je décide qu’il n’aura pas de freins arrière dans un premier temps mais que si le besoin s’en fait ressortir, j’en installerai un plus tard.

Pour minimiser le nombre d’achats, je voulais utiliser les leviers que j’avais acheter pour le vieux cadre, des moches et pas chers (les Alivio/Acera de Shimano, dispo chez Probikeshop). Évidemment, les poignées ne sont pas assez larges..Le guidon est tellement large que j’ai dû prendre un levier Dirt Harry (pas trouvé de site officiel, ni sur les stores français habituels), normalement conçu pour les vélos de Dirt. Couplé avec l’étrier Sram, le freinage s’avère vraiment bon.

Le trajet jusqu’au magasin de vélo, sans aucun frein, a été une expérience assez instructive sur le fixie. Pour l’instant, je garde mon frein avant !!

– la roue avant : l’axe de ma roue avant est trop large de quelques millimètres.. Je ne sais pas comment j’ai réussi à acheter une roue avec un axe trop large (une No Logo, aujourd’hui rebaptisé Nolobi), mais j’avais dû limer ma fourche avant sur mon vieux cadre pour que cela rentre. Là, pas question de refaire la même opération, j’ai donc racheté une roue. Mon choix s’est porté sur une roue Raleigh (marque de vélo anglais très populaire ici).

Voilà ce que j’ai pu gardé vu vélo précédent :

– la roue arrière : une No Logo, dont je suis pas réellement satisfait mais vu son prix, je ne me plaindrai pas. La roue est munie d’un axe flip-flop, lui permettant d’être montée en pignon fixe et en roule libre.

– le boitier de pédalier et pédalier, de BrickLaneBikes.

– les pédales et leur strap, également de BLB.

– la selle, également de BLB.

Voici le résultat :

Fixed gear in London

4 mois après mon arrivée à Londres, 4 mois à pédaler au minimum 1h par jour la semaine et quelques heures le week-end, je me retrouvais sur un pignon fixe. 

Dans le prochain post, je vous dirai ce que j’en pense et si je vais finalement ré-installé un frein arrière rapidement.

Vous pouvez lire trouver plus d’infos deux autres articles sur la prise en main de mon fixie. Épisode deux, épisode trois.

Voici la liste des articles relatifs au fixie.

  • Guiyaum

    Merci pour le retour d’expérience Tristan, plein d’informations intéressantes pour moi qui suis en train de faire le passage également. (je garde cependant le singlespeed)!

    • http://tristannicolas.com Tristan

      De rien. Si tu as des questions et tu penses que je peux t’aider, n’hésite à m’écrire, tu connais mon adresse :)

  • Pingback: Du single speed au fixie – part 2 | Le blog du pignon()

  • Pingback: Construire son single speed | Pearltrees()

  • Pingback: Du single speed au fixie – part 3 | Le blog du pignon()

  • john

    Salut, merci pour ces articles… Alors ce cadre eightinch ? je souhaite passer d’un cadre route à un cadre piste genre eightinch manifest, ou exs aero ou leader 725…. je ne sais pas trop vers quoi me tourner…

    • http://tristannicolas.com Tristan

      Hello John,

      En vrai, je ne sais pas trop. Le Manifest est bien moins cher et fourni avec fourche, tige de selle, roulement pour la fourche, etc…

      J’en suis content mais je dois avouer que j’ai aussi envie de tester d’autres cadres pour voir la différence.

      Tu roules sur quoi aujourd’hui comme cadre route ? Tu as déjà idée de ton budget ?

      • john

        Salut Tristan

        Mon cadre route est un cadre BERTIN que je me suis acheté lorsque j’étais lycéen et qui est resté à prendre la poussière pendant bien 15 ans… j’avais envie de m’essayer au pignon fixe depuis quelques temps déjà et j’ai franchi le pas en le convertissant il y a deux mois… Depuis, je me régale et j’ai dans l’idée de passer sur un cadre plus compact. Question budget, je pense mettre dans les 300 euros. Mais il est difficile de trouver des avis …

  • Pingback: Fixie&SingleSpeed | Pearltrees()

  • pierre

    Je voit que pour le cadre Manifest de Eighthinch le site est américain, comment fait t-on pour acheter?
    J’ai convertis le prix du dollar à l’euros, cela fait environ 144 euros. C’est bien sa?

    • http://tristannicolas.com Tristan

      Hello pierre, je l’ai commandé sur ce site là http://www.fixedgearfrenzy.com/
      J’habitais en Angleterre à l’époque. J’ai changé de cadre depuis mais je pense que pour son prix, le Manifest n’est pas trop mal. N’hésite pas si tu as des questions sur le vélo.

  • Pingback: Update sur le vélo de Tristan : Cinelli Vigorelli Caleido, Miche Pistard et Mavic Ellipse | Le blog du pignon()